Yves - ma poésie
Primés - Humains face à la Nature - Humains face à face - Calligrammes - Prose poétique - HAÏKUS

 
un haïku de Ryushi
  Ce célèbre haïku met en évidence trois des règles de base des haïkus:
1ère: 5 syllabes pour le 1er vers, 7 pour le second, 5 pour le 3ème*
seconde: présence du "temps" dans toutes ses acceptions (ici l'automne, mais ça peut être une durée, un âge, etc.)
troisième: pourrait être une émotion, une intuition transcendant un  lien entre ordinaire et extraordinaire, entre éphémère et permanence...
Une autre, moins connue, interdiction du "je" (mais pas les prénoms possessifs)
(notions apprises "sur le métier" donc appliquées peu à peu...)

Dessous mes paupières *
écrivant un haiku
l'ombre de Bashō


1) Haïkus envoyés au concours 2015 de la revue de haïkus "Ploc" - thème les fleurs

(bac à fleurs à l'entrée de l'église)

Au pied du clocher*
 
parfums aériens des fleurs
doux écho des cloches
(après Fukushima)

Au loin
dans les nuages de fleurs
les ruines de la civilisation
(cabane abandonnée)

Cabane oubliée*
  glycines bleues porte close
issue de l’histoire

2) INTRODUCTION 2016

Avant un haïku
pensées
telles un papillon
Dans le ciel
calligraphie
des hirondelles

Trois pagodes
deux jonques
une harmonie

3) ÉTÉ 2017

Batailles
cris stratifiés
généraux statufiés

Coccinelle sur ma main
dans ses yeux
souvenir d'un tournesol

Abeille perdue
cherche sa ruche
désespérément

Dans le ciel
flèche pacifique
des canards

La saveur
d'un fruit
essuyer tes lèvres

4) FLORILÈGE 2018


Que sont les fleurs

pour les oiseaux
migrateurs?

Sous la rose
assis
pour ma prose

Fleurs à ses pieds
chêne
indifférent

Pétales au sol
souvenirs
éparpillés

5) PLUIE

Pluie
les fleurs
éternuent

Orage
pétales
en pleurs
Sous la soudaine averse
les parapluies cherchent
leurs amoureux

Pluie d'été
ombrelles et parapluies
conciliabules

Averse estivale
tous les rêves des ombrelles

être parapluies

6) MUSIQUE

Anches dansantes
doigts caressants
musique éternelle

Le violon
le son
avant le son

A l'attente de mains
- pour vibrer
les cordes

Contre le jeune cou
chante
le vieux violon

La contrebasse
- ses cordes

en pincent!
Sa joie vers le ciel
la chanteuse
larmes

Pianiste et piano
couple éphémère
couple éternel

La pianiste,
cordes du piano
comblées

Sur les touches
peintres des sons
ses mains

Gouttes de pluie
musique de chambre
accord parfait

IN MEMORIAM

Au pied du ginkgo millénaire
des cendres
éternelles

7) MÉLANCOLIE

Vivre avec
le silence
des cimetières

Perdues
les ombres
à midi


AUTOMNE 2019


 «Poèkus»
ne respectent pas les règles des haïkus car simples poèmes en trois lignes,
mais la règle était de partir du mot "Dans"...

Dans l'arc-en-ciel
resplendit
la flèche du temps

 
Immobilité*
de la vibration d'été
 
chant de la cigale

Dans l'attente
de la paume ouverte
le muet désir

Dans la foule
anonyme
l'être dépeuplé

Dans le monde
indicible
le cri de l'humain

Dans chaque goutte
de pluie
le précieux de l'univers
Dans la présence
saigne
l'absence morte

Dans chaque pas
la trace
d'infimes infinis

Dans la profondeur
des joyaux
la futilité des humains

Dans la foudre
une faille
d'abîme

Dans les lèvres
l'écho
des âmes tues

Dans les horizons
baisers
d'espaces et de temps
Dans la lumière
poudroient
les ombres

Dans les nuages
le rêve
de la rosée

Dans le sablier
des nuits
la drapé du temps

Dans le sillon
des nuages
le geste du semeur

Dans le rythme
des haltes
le poème des pensées

@

À partir d'ici , application plus stricte de la règle "5-7-5" *

HIVER 2019
SALON DES POETES DE LYON

Hiver annoncé
les branches nues font rougir
les arbres à l’entour

Gouttes sur la vitre
celle-ci qui suspend sa route
à quoi pense-t-elle ?

Beaux châteaux de sable
des centenaires apparents
mais si éphémères
En pointe des flammes
à la mémoire des morts
la plainte des larmes

L’année se finit
nous préparons la prochaine

un jour notre fin

@

HIVER 2019
SALON DU NYONSAIS et des BARONNIES
 
haïkus utilisant le mot "BLEU" et la règle 5-7-5 *

Après les batailles
tombes des "
BLEUS" stratifiées
gradés statufiés


Deux mains réunies
des
reflets BLEUS dans les yeux
l’espace et le temps

Dans la profondeur
les joyaux riches et
BLEUS
des futiles humains

(confirmation en cours)


Cabane oubliée
glycines BLEUES, porte close
issue de l’histoire

@

DIVERS EN COURS*
certaines règles ne sont pas appliquées
(le "temps" en particulier...)

Moucherons si libres*
mais prisonniers dans les rais

semis de lumière

Dépot de la buche*
dans la lumière des braises
ombre de mon geste

De lumière et de ciel*
cette averse du printemps
parure des arbres


Dans nos ombres nues*
la lumière du bonheur
paupières fermées

Reflet de lune
illusion
des moucherons
Derrière les lèvres
l'ombre d'un baiser
lumière d'amour

Après la nuit blanche
la lumière des ombres
nous ferme les yeux

Les volets fermés
interdisent à la lumière
(de chanter) ses ombres

Souvenirs lumineux
dans la danse des gouttes
le bruit du tonnerre

Sous l'ombrelle
la lumière
de l'ombre

@

Covid et librairies fermées:

Envie d'un mille-feuilles,
plein de lectures à venir,
librairie encore fermée...

@

hiver 2020- 2021*

Hiver annoncé
les branches nues font rougir
les arbres à l’entour

Gouttes sur la vitre
celle-ci suspendant sa route
à quoi pense-t-elle ?

En pointe des flammes
à la mémoire des morts
la plainte des larmes

L’année se finit
nous préparons la prochaine
un jour notre fin

Dépôt de la bûche
dans la lumière des braises
ombre de mon geste
Nos lèvres ouvertes
l'écho encore parfumé
de nos âmes nues

Deux mains réunies
de doux reflets dans les yeux
l’espace et le temps

Grillon amoureux
de cette lointaine lune
et notre Terre chante

Cerisiers en fleurs
innombrables centenaires
nos rêves secrets

Dans nos ombres nues
la lumière du bonheur
paupières fermées

Ferveur de la femme
dans la saveur de la pomme
sortie de l'Éden

@

A SUIVRE...
haut de page